Anne Alvaro, Audrey Bonnet : deux héros de Koltès

Au cœur du centre commercial de La Part-Dieu, Roland Auzet met en scène deux comédiennes exceptionnelles dans un des plus grands textes de l’écrivain : Dans la solitude des champs de coton. Casque sur les oreilles, le public écoute, fasciné, ce face-à-face étrange, tandis que passent les promeneurs...

C’était un dimanche. C’était hier. En plein après-midi. A Lyon Part-Dieu. À deux heures de Paris. On traverse le boulevard, et on s’enfonce dans la galerie marchande désormais nommée : « Centre de shopping ».

Franchement, on se demandait ce que cela pouvait donner : deux femmes dans les partitions du Dealer (Anne Alvaro) et du Client (Audrey Bonnet). C’est Koltès qui avait mis des majuscules car il savait bien qu’il ne traitait pas d’anecdotique mais de métaphysique.

On se demandait ce que cela pouvait donner : un centre commercial, un espace ingrat pour le théâtre quand il s’agit avec Dans la solitude des champs de coton d’un des plus grands textes de la littérature dramatique de la fin du XXe siècle.

Et des micros, et des casques. Tout ce que l’on n’aime pas vraiment. Tout ce que l’on accuse à longueur de colonnes de nous éloigner de l’émotion et du sens.

Mais François Koltès avait dit oui au projet de Roland Auzet. Un artiste très intéressant, metteur en scène et compositeur, toujours à la recherche de textes, de formes, toujours à mêler inextricablement la musique et le texte, à chercher un drame total qui nous parle d’aujourd’hui.

Alors on a oublié toutes les préventions que l’on pouvait avoir, légitimement. Bernard-Marie Koltès n’avait-il pas été blessé que Patrice Chéreau, après la création de la pièce dans laquelle il avait dirigé Isaach de Bankolé et Laurent Malet, la reprenne en jouant lui, le dealer alors que l’écrivain avait écrit le rôle pour un comédien noir ?

Mais que deux interprètes aussi grandes qu’Anne Alvaro (qui a déjà travaillé avec Roland Auzet) et Audrey Bonnet s’embarquent dans l’aventure, était une injonction : il fallait voir ! Et d’ailleurs, c’est à l’issue d’une lecture, que François Koltès avait donné son accord.

Autant le dire : on a été saisi. On a adhéré. On a eu peur. On s’est interrogé. On a été ému. Et on a réentendu ce texte extraordinaire en en goûtant le moindre soupir, la moindre nuance. Un texte d’une force classique qui se déploie mine de rien et qui renvoie à des questions essentielles, à des questions de vie et à des questions d’existence.

Scène finale. Elles semblent loin mais en réalité, elles sont souvent très proches. Mais ainsi vous comprenez le dispositif.

Dimanche en matinée. N’était un bar à jus de fruits donnant sur une terrasse, tout est fermé le dimanche à la Part-Dieu. Mais des gens transitent par le centre commercial. Des gens passent. Des familles, des enfants, des personnes âgées, des adolescents.

On est installé face à un escalier à double révolution, au-dessous d’une haute verrière. Les spectateurs sont, assis et munis d’un casque et de son émetteur. Sur trois étages, avec une très bonne visibilité.

Il fait grand jour, à 16h30. Le soleil est haut et tape par moments dans les yeux. On se déplace un peu en arrière s’il le faut. Serré sur les banquettes de bois, le public est là, nombreux.

« Si vous marchez dehors, à cette heure et en ce lieu, c’est que vous voulez quelque chose que vous n’avez pas, et cette chose, moi, je peux vous la fournir. »

C’est l’attaque. Inoubliable. Anne Alvaro surgit, fine silhouette de noir vêtue : pantalon cigarette et veste de cuir. Cheveux courts encadrant le visage. Et cette voix. Belle et envoutante. Elle va vite. Il n’y a pas d’intonation de menace dans sa manière de s’adresser d’entrée à cette personne que l’on ne voit pas encore... La menace monte peu à peu, comme un philtre toxique et il y a dans sa manière de dire quelque chose d’implacable.

La voici. Longs cheveux lâchés, frêle, flottant dans un bermuda et un tee shirt clairs, trop larges. Audrey Bonnet. Elle aussi, une voix. Un oiseau effarouché, qui s’envole et pourtant revient toujours. On devine l’énergie, la tension, la tentation. Elle fait du texte un chant très personnel.

Et autre chose de vénéneux qu’avait très bien organisé l’écrivain : le mot qui revient le plus souvent, ici, Patrice Chéreau lui-même l’avait noté, est « désir ». Mais attention : il s’agit de cette mystérieuse énergie qui est agressivité, énergie, désir de défaire l’autre ou de s’y confondre.

Ce qui est très beau dans l’interprétation d’Anne Alvaro et d’ Audrey Bonnet c’est qu’elles sont d’une rigueur de musiciennes. Deux timbres, deux personnages qui ne sont plus des hommes mais deux êtres humains qui, mine de rien, soulèvent les questions qui fondent toute relation au monde.

On est loin du deal au coin du couloir du « Shopping Center ».

Danse, allers dans les escaliers, fuite sur les plate-formes. On est un peu loin pour saisir les regards. Mais tout se joue entre ces deux personnages. Une joute verbale, un ballet des corps.

Roland Auzet s’appuie sur cette sorte d’avertissement qui figure dans l’édition de la pièce (1986, Minuit) : une définition du deal qui évoque les centres commerciaux aux heures de fermeture. Il est légitime !

Il dirige très bien les deux interprètes. Les mouvements sont naturels. Jusqu’à la fin où elles se retrouvent au pied de l’escalier, près d’un bassin. Un ring. Et cette phrase que l’on n’oublie pas : « Alors quelle arme ? » demande le client.

Roland Auzet a également composé une partition. Elle n’encombre jamais. Elle n’illustre pas, elle ne paraphrase pas, elle dialogue.

Thierry Thieû Niang, chorégraphe et danseur, et Wilfried Wendling, musicien, ont été là pendant les répétitions et La Muse en Circuit a assuré la « scénographie sonore ».

Un grand travail sur un grand texte.

Armelle Héliot - Figaro Blog - 18 mai 2015 / Photo Christophe Raynaud de Lage

Voir en ligne : Retrouvez cet article sur le blog du Figaro

Représentations & évènements à venir

13 janvier 2022 30 janvier 2022

Le jeu des ombres

Villeurbanne

18 janvier 2022 à 20h30

Voodoo Cello

Neuilly-sur-Seine

25 janvier 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Rouen

26 janvier 2022 5 février 2022

Ils n’avaient pas prévu qu’on allait gagner

Paris 8è

27 janvier 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Genève

29 janvier 2022 à 20h30

Voodoo Cello

Coutances

31 janvier 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Bruxelles

1er février 2022 12 février 2022

L’enfant que j’ai connu

Paris 13è

1er février 2022 2 février 2022 à 20H00

Parloir

Bayonne

6 février 2022 20 février 2022

Dans la fumée des joints de ma mère

Saint-Denis

10 février 2022 11 février 2022 à 20H00

Le jeu des ombres

Clermont-Ferrand

18 février 2022 19 février 2022 à 20H00

Le jeu des ombres

Aix-en-Provence

8 mars 2022 à 20h30

Parloir

Mont-de-Marsan

9 mars 2022 20 mars 2022

Le jeu des ombres

Sceaux

11 mars 2022 à 21h00

Parloir

Poitiers

15 mars 2022 18 mars 2022 à 20H00

Parloir

Reims

24 mars 2022 26 mars 2022

Le jeu des ombres

Angers

26 mars 2022 27 mars 2022

Inukshuk aux étoiles

Lille

27 mars 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Berlin

28 mars 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Frankfurt

29 mars 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Hamburg

29 mars 2022 à 20h30

Parloir

Pau

31 mars 2022 3 avril 2022

Le jeu des ombres

Marseille

1er avril 2022

Voodoo Cello

Vitré

7 avril 2022 à 19h00

Les sentinelles

Poitiers

8 avril 2022 à 22h00

Voodoo Cello

Le Garric / Albi

9 avril 2022

Voodoo Cello

Limoges

12 avril 2022

Voodoo Cello

Moscou

14 avril 2022

Voodoo Cello

Saint-Petersbourg

20 avril 2022 21 avril 2022 à 20H00

Le jeu des ombres

Massy

23 avril 2022 à 20h30

Voodoo Cello

Sainte-Maxime

25 avril 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Lyon

26 avril 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Metz