Au bois dormant

Thierry Thieu Niang aime le sensible et le palpable. En improvisant une série de duos avec des adolescents autistes, il a cherché sa danse vers des attitudes inconnues et une compréhension d’un monde opaque.

L’autiste est pluriel, il vit ce qui l’entoure avec une pertinence au-dessus de la moyenne, tantôt alerte, il est souvent de son propre ennui. De l’intelligence mal contrôlé à l’enfant malade, le constat est infini mais ce qui point ce sont des aptitudes hors normes.

A la rencontre de cet univers, le chorégraphe se fait un cadeau à lui même. Il s’ouvre aux autres dans quelque chose d’indescriptible, il emmène ses collaborateurs Marie Desplechin, Benjamin Dupé et Patrice Chéreau vers une expérience singulière, là où les mots disparaissent.

Pour l’arrivée de l’an 2000, Marie Desplechin écrivait ceci : je pense que je suis volontiers le lieu de l’émotion et du ressenti et que penser est un koan.

Huit ans plus tard, les chemins se croisent dans une forme de réciprocité.

Karim G.B. - Janvier 2009

Représentations & évènements à venir

2 mars 2020 7 mars 2020

La Ronde

Galerie du Quartz - Brest

12 mars 2020 à 19h00

Voici mon cœur. C’est un bon cœur.

La Roche-sur-Yon

21 mars 2020 à 12h30

Habiter le mouvement

Montréal

27 mars 2020

Va voir là bas si j’y suis

Paris 20e