Thierry Thieû Niang Danses d’aujourd’hui

Lendemain de Guesh Party

Vous êtes ici : Accueil > Presse > Lendemain de Guesh Party

« Re-VUe » ou le retour de Guesch Patti en danseuse-chorégraphe à la Ménagerie de Verre, dans le cadre du festival Etrange Cargo. Touchant.

Guesch Patti danse ? Vraiment. Loin des années « Etienne » (son tube des années 1980), Guesch Patti revient à ses premières amours. C’est à l’âge de quatre ans qu’elle a fait ses premiers « pas », étudiant ensuite la danse ici ou là, croisant Roland Petit ou pratiquant le style modern jazz avant de tâter du contemporain. Sans jamais devenir une star des planches. Elle emprunte un chemin de traverse, la chanson, et c’est un petit miracle : « Etienne » devient un succès comme il s’en rencontre peu dans une carrière. Celle-ci sera courte, quelques albums et puis s’en va. La danseuse qui chante s’éloigne et se garde bien de cultiver le « revival » dans ces tournées disco que l’on voit ici ou là. C’est par la création contemporaine qu’elle va se rappeler à notre bon souvenir. Avec les chorégraphes Daniel Larrieu ou Odile Azagury. « Elle sourit aux larmes », joli création pour la dame fait son petit effet en 1995. On verra Guesch ensuite dans le projet « Les Princesses » initié par Odile Azagury à Poitiers, puis au Théâtre National de Chaillot.

- Un solo accompagné

« Re-VUe », qu’elle créé ce printemps, est d’une autre trempe. Un solo accompagné, qui voit Guesch Patti dialoguer avec le comédien Pier Lamandé et deux danseurs, Thierry Thieû Niang formidable de présence et Pascal Merighi. Une table, quelques chaises... La Guesch fragile évolue dans son habit de scène noir, ample jupe, haut vaporeux. « Re-VUe » c’est un peu son portrait en creux, avec des mots de l’écrivain Edouard Levé. Une femme parfois à la dérive, souvent touchante. Ne cherchez pas de la grande danse : ici la gestuelle est avant tout un langage pour dire de petites émotions. Il y a quelques tics du moment (les hommes en escarpins, le semblant de défilé..), dommage. On sent l’interprète au bord des larmes lorsqu’elle vient saluer après une belle chorégraphie de fin. « Un spectacle afin d’explorer la différence entre l’idée que l’on a de soi et ce que les autres y voient » résume Guesch Patti à propos de Re-VUe. Le chaleureux accueil du public vaudra ce soir-là tous les discours.

Philippe Noisette - Les Echos - 11 avril 2014


- Voir en ligne : Retrouvez cet article sur le site lesechos.fr
Haut de page


Tout droit réservé Thierry Thieû Niang - 2006 - 2017 |   Flux RSS |  Responsable éditorial : Fabienne Pautonnier |  Réalisé avec SPIP par Indétendance