Giorgio Strehler

Giorgio Strehler

Mon métier consiste à raconter des histoires aux autres. Il faut que je les raconte. Je ne peux pas ne pas les raconter. Je raconte les histoires des uns aux autres. Ou bien je raconte mes propres histoires à moi-même ou aux autres.

Je les raconte sur une scène en bois où il a y d’autres êtres humains au milieu d’objets et de lumières.

S’il n’y avait pas de scène en bois, je les raconterais par terre, sur une place, dans une rue, dans un coin de rue, sur un balcon, derrière une fenêtre. S’il n’y avait pas d’êtres humains auprès de moi, je les raconterais avec des morceaux de bois, des bouts d’étoffes, du papier découpé, du fer blanc, avec ce que le monde peut m’offrir.

S’il n’y avait rien, je les raconterais en parlant à haute voix.

Si je n’avais pas de voix, je parlerais avec mes mains, avec mes doigts.

Privé de mains et de doigts, je les raconterais avec le reste de mon corps.

Je raconterais muet, je raconterais immobile, je raconterais en tirant des ficelles, sur un écran, devant une rampe.

Je raconterais de toutes les façons possibles car l’important pour moi est de raconter les choses aux autres, à ceux qui écoutent.

Représentations & évènements à venir

23 novembre 2022 11 décembre 2022

La douleur de Marguerite Duras

Paris 9e

9 décembre 2022 à 20h30

Voodoo Cello

Annecy

10 décembre 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Chambéry

13 décembre 2022 18 décembre 2022

La douleur de Marguerite Duras

Marseille