Henri Bergson

Comme des tourbillons de poussières soulevés par le vent qui passe, les vivants tournent sur eux-mêmes, suspendus au grand souffle de la vie. Ils sont donc relativement stables, et contrefont même si bien l’immobilité que nous les traitons, comme des « choses » plutôt que comme des « progrès », oubliant que la permanence même de leur forme n’est que le dessin d’un mouvement. Parfois cependant se matérialise à nos yeux, dans une fugitive apparition, le souffle invisible que les porte. (...) Il nous laisse entrevoir que l’être vivant est surtout un lieu de passage, et que l’essentiel de la vie tient dans le mouvement qui la transmet.

Représentations & évènements à venir

12 mars 2020 à 19h00

Voici mon cœur. C’est un bon cœur.

La Roche-sur-Yon

21 mars 2020 à 12h30

Habiter le mouvement

Montréal

27 mars 2020

Va voir là bas si j’y suis

Paris 20e