Iphigénie, un oratorio des ténèbres

Iphigénie, un oratorio des ténèbres

Photo : Christophe Raynaud de Lage

Voir la création

Anne Théron met en scène la version composée par Tiago Rodrigues et traduite par Thomas Resendes. Elle opte pour une vision opératique et picturale d’une tragédie qui, comme chez Racine, se dénoue avec la liberté de l’héroïne.

C’est le spectacle qui a ouvert, avec En transit d’Amir Reza Koohestani, le 7 juillet à 18h00, cette édition du Festival d’Avignon. Une invitation aristocratique d’Olivier Py : honneur à Tiago Rodrigues, successeur désigné – et déjà au travail – à la direction de la manifestation.

On connaît cette version d’Iphigénie, composée par Tiago Rodrigues. Elle a été éditée aux Solitaires Intempestifs. Elle réunit tous les protagonistes de la tragédie antique en une sorte de lancinante reprise d’une formule : « je me souviens ». Chacun se souvient.

Anne Théron a toujours su manier les sons et les musiques, les lumières et les ombres, les voix des interprètes. Dans l’espace classique de l’Opéra de la place de l’Horloge, bâtiment réhabilité vibrant de souvenirs de grandioses créations, de Bob Wilson à Thomas Ostermeier, la scénographie de Barbara Kraft qui signe également les costumes, déclinaisons de noir, à l’exception des épaules d’Iphigénie, offre un développement en cinémascope de l’espace représenté, palpitant dans les lumières de Benoît Théron. Sophie Berger nourrit sans relâche le son et Nicolas Comte, les vidéos.

Voulue par la metteuse en scène, l’ouverture nous précipite dans un vacarme à la Apocalyse now qui apparaît comme une facilité, d’autant que c’est le silence que travaille ensuite Anne Théron. Le suspens, le furtif, l’évanescent et jusqu’à l’immobilité frémissante des protagonistes.

La distribution réunie subjugue : une Clytemnestre puissante, déterminée, Mireille Herbstmeyer, légende du théâtre. Humaine et rigoureuse, face à sa fille délicate qui ne prend la parole que rarement. Carolina Amaral possède la grâce sans faiblesse d’Iphigénie.

Deux autres femmes pour le chœur, Fanny Avram, Julie Moreau. Et des comédiens virtuoses : Vincent Dissez, Agamemnon, Alex Descas, Ménélas. Leurs échanges sont superbes et tenus sans crispation tout en affirmant leur opposition sans faiblesse. Joao Cravo Cardoso est Achille, Richard Sammut donne à Ulysse sa naturelle puissance. Dominant de sa haute stature, le grand Philippe Morier-Genoud se partage en trois partitions nobles.

Il y a quelque chose d’un oratorio. Plus de mise en place chorégraphiée (avec en plus de vrais moments de danse par Thierry Thieû Niang) que de mise en scène qui est absorbée, mais c’est le souhait d’Anne Théron, par l’arrière fond : bord de mer, images de l’attente des soldats, cieux noirs comme le plomb qui menace, grand tableau avec par moments, bien avant le sacrifice, les rugissements de la mer et les nuages qui défilent. Histoire de nous faire comprendre que le vent pourrait s’être déjà levé. Mais non, c’est un leurre. Une malice du destin.

Le Journal d’Armelle Héliot - 10 juillet 2022

Voir en ligne : Retrouvez cet article sur le Journal d’Armelle Héliot

Représentations & évènements à venir

23 septembre 2022 1er octobre 2022

Donnez-moi une raison de vous croire

Strasbourg

26 septembre 2022 9 octobre 2022

L’inclinée

Lyon

28 septembre 2022 9 octobre 2022

La douleur de Marguerite Duras

Villeurbanne

1er octobre 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Mézières - Suisse

2 octobre 2022 à 20h30

Voodoo Cello

Montceau-Les-Mines

4 octobre 2022 21 octobre 2022

L’enfant que j’ai connu

Paris 8e

6 octobre 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Sarreguemines

8 octobre 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Istres

11 octobre 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Bruxelles

13 octobre 2022 22 octobre 2022

Iphigénie

Strasbourg

16 octobre 2022 à 19h30

Voodoo Cello

London - UK

18 octobre 2022 21 octobre 2022

La douleur de Marguerite Duras

Clermont-Ferrand

18 octobre 2022 à 20h30

Voodoo Cello

Amiens

20 octobre 2022 à 20h30

Voodoo Cello

Saint-Michel-sur-Orge

25 octobre 2022 à 20h30

La douleur de Marguerite Duras

Perpignan

27 octobre 2022 à 20h00

Iphigénie

Neuchâtel - Suisse

8 novembre 2022 à 20h30

Iphigénie

Martigues

9 novembre 2022

Les Amandiers

10 novembre 2022 à 20h30

La douleur de Marguerite Duras

Suresnes

17 novembre 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Genève

20 novembre 2022 à 17h00

La douleur de Marguerite Duras

Vannes

22 novembre 2022 23 novembre 2022 à 20H00

Iphigénie

Anglet

23 novembre 2022 11 décembre 2022

La douleur de Marguerite Duras

Paris 9e

28 novembre 2022 à 19h00

Voodoo Cello

Tallinn - Estonie

30 novembre 2022

Voodoo Cello

Riga - Estonie

1er décembre 2022 2 décembre 2022

Iphigénie

Brive

2 décembre 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Vilnius - Lituanie

3 décembre 2022 à 19h00

Voodoo Cello

Palanga - Lituanie

9 décembre 2022 à 20h30

Voodoo Cello

Annecy

10 décembre 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Chambéry

13 décembre 2022 18 décembre 2022

La douleur de Marguerite Duras

Marseille