Le « Coma » de Guyotat, lu par Chéreau, pour boucler la boucle avec poésie et fragilité

La cage de scène à nu, une chaise. C’est par un geste de théâtre simple et essentiel que Patrice Chéreau a clos le Festival d’Avignon, 67e du nom, vendredi 26 juillet. Le metteur en scène, qui a triomphé au Festival d’Aix-en-Provence avec sa sublime Elektra (Le Monde du 12 juillet), a offert au public chanceux de cette soirée unique – à tous les sens du terme, même si le spectacle, créé au Théâtre de l’Odéon en 2009, a un peu, trop peu, tourné – un moment de profonde émotion en lisant-incarnant Coma, de Pierre Guyotat.

Chéreau est arrivé sur la scène le plus sobrement du monde, pieds nus, en chemise grise et pantalon noir. « Je dédie cette soirée à Valérie Lang », a-t-il dit sans une once de pathos, en hommage à la comédienne défunte. Puis il a commencé la « lecture » de ce texte extraordinaire qu’est Coma, signé par Guyotat en 2006. Une « lecture » comme le metteur en scène en offre de temps en temps, depuis l’an 2000, avec Fiodor Dostoïevski ou Hervé Guibert : dans l’incarnation d’un texte, d’une langue – qui sont d’ailleurs d’autant plus matérialisés que Chéreau garde toujours les feuilles de papier à la main –, et pas dans celle d’un personnage.

C’est d’autant plus réussi que Coma, pour être un grand texte, est nettement plus accessible que d’autres livres de son auteur, tout en restant dans le déploiement d’une langue absolument inouïe. Pierre Guyotat y raconte, de son écriture charnelle, cosmique, organique, la crise, l’effondrement qui a failli l’emporter, à la fin des années 1970 et au début des années 1980, aux alentours de ses 40 ans – « un âge que, dès l’adolescence, j’avais décidé de ne pas dépasser », écrit-il.

Coma est surtout un magnifique autoportrait d’artiste, de son rapport à l’écriture qui « mâche du verbe et de la semence », à l’œuvre qui « est là, sous doigts », aux voix « qu’il faut qu’ libère de entrailles ». « Plus j’interviens physiquement dans la langue, plus j’ai la sensation de vivre ; transformer une langue en verbe est un acte volontaire, un acte physique. Un débat entre littérature et vie, oui, peut-être, mais pas entre ce que moi j’écris et la vie ; parce que c’est la vie, ce que je fais. »

Humanité offerte en partage

Patrice Chéreau porte cela avec une fragilité, une humanité offerte en partage, une retenue qui oblige à tendre l’oreille, comme s’il s’adressait à chaque spectateur en particulier.

Alors il vous emporte, ce récit d’une renaissance fragile et lumineuse, parce que Pierre Guyotat parle comme personne de la douleur de vivre et du bonheur d’être au monde, d’y faire acte de présence, dans la simple contemplation d’une petite tortue qui vient délicatement s’inviter sur la page en train de s’écrire, par exemple. Mais aussi de la famille, de la mort, du sexe et de la liberté qui réside dans le fait de s’être toujours tenu à distance « de la richesse et du luxe » réservés à quelques-uns, et qui sont toujours restés à Pierre Guyotat « insupportables ».

Et puis, à la fin, à l’évocation, dans Coma, des ouvriers maghrébins dans leurs baraquements, sont revenus des échos de Par les villages, monté par Stanislas Nordey dans la Cour d’honneur du Palais des papes. Une boucle s’est merveilleusement bouclée entre le début de ce Festival d’Avignon et sa clôture, entre le poème dramatique de Peter Handke et le récit poétique de Pierre Guyotat. Deux immenses écrivains contemporains ont embrassé cette dernière édition signée par Hortense Archambault et Vincent Baudriller. Et ça, c’était bien.

Fabienne Darge - Le Monde - 27 juillet 2013

Voir en ligne : Retrouvez cette critique sur Le Monde

Représentations & évènements à venir

13 janvier 2022 30 janvier 2022

Le jeu des ombres

Villeurbanne

18 janvier 2022 à 20h30

Voodoo Cello

Neuilly-sur-Seine

25 janvier 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Rouen

26 janvier 2022 5 février 2022

Ils n’avaient pas prévu qu’on allait gagner

Paris 8è

27 janvier 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Genève

29 janvier 2022 à 20h30

Voodoo Cello

Coutances

31 janvier 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Bruxelles

1er février 2022 12 février 2022

L’enfant que j’ai connu

Paris 13è

1er février 2022 2 février 2022 à 20H00

Parloir

Bayonne

6 février 2022 20 février 2022

Dans la fumée des joints de ma mère

Saint-Denis

10 février 2022 11 février 2022 à 20H00

Le jeu des ombres

Clermont-Ferrand

18 février 2022 19 février 2022 à 20H00

Le jeu des ombres

Aix-en-Provence

8 mars 2022 à 20h30

Parloir

Mont-de-Marsan

9 mars 2022 20 mars 2022

Le jeu des ombres

Sceaux

11 mars 2022 à 21h00

Parloir

Poitiers

15 mars 2022 18 mars 2022 à 20H00

Parloir

Reims

24 mars 2022 26 mars 2022

Le jeu des ombres

Angers

26 mars 2022 27 mars 2022

Inukshuk aux étoiles

Lille

27 mars 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Berlin

28 mars 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Frankfurt

29 mars 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Hamburg

29 mars 2022 à 20h30

Parloir

Pau

31 mars 2022 3 avril 2022

Le jeu des ombres

Marseille

1er avril 2022

Voodoo Cello

Vitré

7 avril 2022 à 19h00

Les sentinelles

Poitiers

8 avril 2022 à 22h00

Voodoo Cello

Le Garric / Albi

9 avril 2022

Voodoo Cello

Limoges

12 avril 2022

Voodoo Cello

Moscou

14 avril 2022

Voodoo Cello

Saint-Petersbourg

20 avril 2022 21 avril 2022 à 20H00

Le jeu des ombres

Massy

23 avril 2022 à 20h30

Voodoo Cello

Sainte-Maxime

25 avril 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Lyon

26 avril 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Metz