Le sacre des générations

Amateurs éclairés, ils prennent la danse à bras-le-corps.

Tout a commencé par une annonce dans le quotidien « La Provence » : Thierry Thieû Niang cherche des seniors pour des ateliers sur la danse. Pour Niang et sa compagnie, ce qui devait n’être qu’un moment à partager va se transformer en aventure au long cours.

Et déboucher sur un ballet qui bouleverse le public ! Après des mois de répétitions, les anciens se prennent au jeu. Ils aiment le « Boléro » de Ravel et « Le sacre du printemps » de Stravinsky. Ce sera sur ce dernier que la création prend forme. « ... Du printemps ! » est présenté aux amis, à la famille. Le Festival d’Avignon en a vent. Tout va vite alors cet été 2011 avec deux représentations à guichets fermés, quinze minutes d’ovation. Et la rumeur qui parle de chef-d’œuvre. Sur scène, dans le sillage d’Alain, un amateur de marche et de danse, les seniors réunis entament une ronde durant les quarante minutes du « Sacre », entrent et sortent de scène.
« La marche c’est un bon paramètre de la lenteur ou de la vitesse », dit Thierry Thieû Niang. A ses yeux, elle raconte ce temps qui marque les corps. « Je pense à une spirale de danse plutôt qu’à un cercle. Pour l’infini, le vertige. »

Ces Marseillais amateurs, rejoints parfois par des seniors de Valence, nous entraînent dans cette course éperdue sans voyeurisme, sans misérabilisme. Sur ces visages, fatigués à la fin du spectacle, se lit une joie de vivre. Et de danser. Leur engagement est tel qu’ils en oublient tout. Thierry Thieû Niang raconte : « Souvent lorsque l’on a été seins nus dans un spectacle, on pense à un vêtement de rechange pour le final. A Avignon, j’ai été dépassé. J’avais deux des “mamies” qui se déshabillent pendant la représentation. Et pour les saluts elles sont venues seins nus sous les applaudissements de la foule ! » Il en rit encore. Patrice Chéreau a rejoint la « compagnie » pour y lire des passages des « Cahiers » de Nijinski qui chorégraphia « Le sacre » en 1913. Avant de sombrer dans la folie. Il se dit que Louis Garrel ou Jacques Gamblin seront en alternance de la partie. Ce « … Printemps » n’a pas fini de refleurir.

Philippe Noisette - Paris Match - 30 avril 2012

Voir en ligne : Retrouvez cet article sur Parismatch.com

Représentations & évènements à venir

8 octobre 2019 9 octobre 2019

Ils n’avaient pas prévu qu’on allait gagner

Marseille

11 octobre 2019 15 octobre 2019

Plaidoyer pour une civilisation nouvelle

Toulon

12 octobre 2019

Une jeune fille de 90 ans

Labastide-Rouairoux

17 octobre 2019 18 octobre 2019

Ils n’avaient pas prévu qu’on allait gagner

Scène Nationale de Chalon-sur-Saône

19 octobre 2019

À tout va

Fresnes-en-Woëvre

24 octobre 2019

Habiter le mouvement

Rouyn-Noranda - Québec

1er novembre 2019 3 novembre 2019

Les Sonnets de Shakespeare

Suisse

5 novembre 2019 7 novembre 2019

Ils n’avaient pas prévu qu’on allait gagner

Grenoble

15 novembre 2019 24 novembre 2019

Architecture

Strasbourg

22 novembre 2019 23 novembre 2019

Les Sonnets de Shakespeare

Centre Dramatique National à Saint-Denis

29 novembre 2019 30 novembre 2019

Les Sonnets de Shakespeare

Centre Dramatique National à Saint-Denis

2 décembre 2019 5 décembre 2019

La fonction Ravel

Valence

4 décembre 2019 22 décembre 2019

La Ronde

Bobigny

6 décembre 2019 22 décembre 2019

Architecture

Paris