Remis debout

Avant-portrait > Thierry Thieû Niang

Le danseur et chorégraphe Thierry Thieû Niang se livre à un pas de deux avec Marie Desplechin parmi les enfants autistes.

« Les livres nous étreignent, nous parlent, réveillent une blessure ou nous remettent en joie », affirme Thierry Thieû Niang. Aussi tiennent-ils une place essentielle dans sa vie d’homme et d’artiste. Une passion transmise par son père, bibliothécaire. L’identité métissée de Thierry Thieû Niang vient d’Alsace, du Sénégal et du Vietnam. « J’ai le monde en moi. » Une composition plurielle, qu’il a apprivoisée en élucidant les non-dits familiaux. « L’écriture établit un passage, un pont, un chemin. Tout comme la danse, elle m’aide à guérir ou à survivre. L’une et l’autre m’ouvrent au monde du dehors et du dedans. » Thierry Thieû Niang se perçoit comme « un poète du mouvement ». D’une grande douceur et d’une grande sensibilité, il prend le temps de se confier sans retenue et de raconter son inhabituel parcours. A 18 ans, alors étudiant en éducation et psychologie, il suit des ateliers de danse contemporaine. Il devient instituteur et éducateur à Strasbourg mais démissionne en 1990 pour se consacrer entièrement à son art. « Le corps est un outil et un pinceau », mais il a besoin de se nourrir de théâtre, de musique ou de littérature.

Thierry Thieû Niang est un homme rare et généreux. Qu’il travaille avec des célébrités (Patrice Chéreau, Anne Alvaro, Linda Lê) ou des anonymes, il donne tout. Il se nourrit des émotions, qu’il transforme en danse. Il aime se frotter « aux corps empêchés », entravés par la maladie, la vieillesse ou les coups de la vie. « Comment trouver une langue universelle qui exprime nos voix intérieures ? » Un questionnement qui l’habite lorsqu’il est confronté à des personnes âgées, des détenus ou des migrants mineurs venus de Syrie, d’Égypte ou de Guinée.

Renaissance

Dans son dernier projet, il s’immerge dans l’univers des enfants autistes, grâce à Marie Desplechin, amie de longue date. Le livre s’ouvre sur ses mots à elle, ceux d’une mère impuissante qui rend visite à son fils dans un centre spécialisé. Leurs deux regards se posent sur ces enfants emmurés, qui semblent vouloir sortir de leurs corps. « Leurs gestes chaotiques deviennent poétiques. » Si Marie Desplechin se trouve à ce moment dans une impasse d’écriture, Thierry Thieû Niang, lui, va trouver dans les mots une renaissance inespérée. « Marie est une fée, qui m’a encouragé à écrire cette résurrection. » Car le danseur écrivain raconte que « ces êtres dits anormaux » l’ont sauvé d’un terrible chagrin d’amour. « L’existence nous avait mis à genoux, or la danse nous a remis debout. Tout être vivant est un être dansant. »

Kerenn Elkaïm - Livres Hebdo - 13 avril 2018 - Photo Vincent Josse

Représentations & évènements à venir

25 septembre 2021 à 20h00

Voodoo Cello

Luxembourg

26 septembre 2021 à 17h00

Condor

Bayonne

30 septembre 2021 2 octobre 2021

Condor

Angers

1er octobre 2021

Dans la fumée des joints de ma mère

Toulon

12 octobre 2021 à 20h30

Voodoo Cello

Annecy

13 octobre 2021 23 octobre 2021

Condor

Strasbourg

13 octobre 2021 à 20h30

Voodoo Cello

Argenteuil

16 octobre 2021 à 20h00

Voodoo Cello

Aix-en-Provence

10 novembre 2021 à 20h30

Voodoo Cello

Bordeaux

12 novembre 2021 à 20h30

Voodoo Cello

Soissons

15 novembre 2021 à 19h30

Voodoo Cello

Paris 1e

17 novembre 2021 21 novembre 2021

L’enfant que j’ai connu

Paris 18e

18 novembre 2021 28 novembre 2021

Condor

Bobigny

18 novembre 2021 21 novembre 2021

Mawâl de la terre

Lille

21 novembre 2021 à 18h00

Voodoo Cello

Lille

14 décembre 2021 à 20h30

Dans la fumée des joints de ma mère

Draguignan

15 décembre 2021 à 20h00

Voodoo Cello

Vannes

16 décembre 2021 à 20h30

Voodoo Cello

Nantes

18 décembre 2021

Voodoo Cello

Le Mans