Thérapies artistiques : Thierry Thieû Niang, masseur de l’âme

Thierry Thieû Niang

Portrait - Danseur et chorégraphe, Thierry Thieû Niang apaise, par son art, les séjours de patients aux pathologies lourdes.

Sur sa blouse blanche d’hôpital, il est inscrit « danseur chorégraphe ». Depuis deux ans, Thierry Thieû Niang, « bientôt 60 ans », est « artiste en résidence » à l’hôpital Avicenne de Bobigny (Seine-Saint-Denis). Il pratique son art dans les services oncologie et hématologie, plus particulièrement auprès des patients en parcours de chimiothérapie. Pour les aider à appréhender ce moment, « critique », avec un autre regard, il fait ce qu’il sait faire le mieux : danser, « pour eux ».

Danser à l’hôpital, c’est « déplacer l’attention, déplacer la tension  ». Il raconte que les patients lui disent : « Je n’ai plus eu mal, à tel ou tel endroit, en vous regardant. Soudain, j’étais léger, j’ai dansé avec vous. » Pour lui, « il y a, dans le mouvement, quelque chose qui redresse ». Toute personne est un être dansant. « L’enfant dans le corps de sa mère, c’est déjà un slow. »

La danse, une « rencontre »

Face aux patients, l’ancien soliste revendique donc « une danse partagée ». Sans gestes trop techniques ni rêves de grandeur. « Tendre une main, la poser sur un dos, tourbillonner, dans un rythme simple. » Il parle de la danse comme d’une « rencontre », même silencieuse. Épuisés par la maladie et la souffrance, les patients perdent parfois le goût et la force de parler. À Bobigny, avec sa population métissée, certains patients maîtrisent à peine le français. La danse devient langage et permet de faire le lien.

Au fil des rencontres, Thierry Thieû Niang a constaté combien « après ces mois étranges que nous venons de passer », les corps ont besoin de « se retrouver, de se toucher ». Sa présence se veut consolation, invitation à ralentir, relâchement d’un corps tendu. « Je ne suis pas médecin. Je ne répare pas, je ne soigne pas. Disons que je caresse l’âme. » Quelques fois, il s’aventure « plus loin » et, au-delà de la danse, propose aux malades de marcher avec eux, dans les couloirs. De les porter sur son dos, dans ses bras. Établir le contact, toujours.

« J’avais l’impression de tourner en rond »

Tout a commencé il y a plus de dix ans. « J’avais l’impression de tourner en rond. Si je voulais continuer à aimer danser, je devrais m’ouvrir davantage. » Il commence à danser avec des enfants autistes, des détenus, des personnes âgées, en gériatrie. « Mon vocabulaire chorégraphique s’est renouvelé. » Il danse pour les autres… mais pour lui aussi.

Thierry Thieû Niang le sait : le corps n’est pas seulement une enveloppe charnelle et virtuose. « Le corps souffrant, vieillissant interroge forcément le danseur que je suis », précise-t-il, interpellé par ce que ses rencontres lui ont appris sur la fragilité. « Nous sommes tous des êtres vulnérables, potentiellement malades. » Danser pour consoler, soulager : « C’est toujours très troublant d’avoir cette relation-là avec les patients. » Depuis peu, Thierry Thieû Niang commence d’ailleurs à l’éprouver d’encore plus près. « Mon père commence tout doucement à avoir besoin d’assistance. Récemment, j’ai dû l’aider à mettre ses chaussures. Et je me suis senti tellement maladroit. Il faut que je trouve la danse à danser avec mon vieux papa. »

Alice Le Dréau - La Croix - 18 octobre 2021

Voir en ligne : Retrouvez cet article sur le site La Croix

Représentations & évènements à venir

17 novembre 2021 21 novembre 2021

L’enfant que j’ai connu

Paris 18e

18 novembre 2021 28 novembre 2021

Condor

Bobigny

18 novembre 2021 21 novembre 2021

Mawâl de la terre

Lille

21 novembre 2021 à 18h00

Voodoo Cello

Lille

26 novembre 2021 à 18h00

Primavera en otoño

Loja - Équateur

2 décembre 2021 4 décembre 2021 à 20H30

Dans la fumée des joints de ma mère

Toulon

14 décembre 2021 à 20h30

Dans la fumée des joints de ma mère

Draguignan

15 décembre 2021 à 20h00

Voodoo Cello

Vannes

16 décembre 2021 à 20h30

Voodoo Cello

Nantes

18 décembre 2021

Voodoo Cello

Le Mans