Thierry Thieû Niang ou l’enfance en plein cœur

Avec Au Cœur le chorégraphe Thierry Thieû Niang met l’enfance en scène. Une création plurielle qui parle à chacun sur fond d’actualité. Avignon en a fait un de ces succès.

Dans le chœur de père de la Chartreuse de Villeneuve-Lez-Avignon le public a pris place sur deux rangées de chaises en plastique, les petits devant, les grands derrière. Dans un décor à vif, quelques jouets à l’abandon délimitent un bord de scène. La petite troupe - des jeunes venus du lycée de Villeneuve-Lez-Avignon - prend ses marques. Ce sera tout sauf une partie de plaisir pour ces derniers : corps tremblés, chutes à répétitions, portés acrobatiques le chorégraphe ne leur épargne - presque - rien.

Un œil attentif aura remarqué ici ou là des références à l’actualité brûlante. Cet enfant au sol n’est-il pas l’ombre d’un migrant échoué sur une plage grecque ? Cet autre avec des vêtements trop grand n’est-il pas un réfugié abandonné de Calais ou d’ailleurs. Au Cœur n’en fait jamais trop : c’est sa force. Il ne montre rien, suggère tout au plus. On peut n’y voir qu’une déambulation poétique.

Des spectateurs sont venus avec leurs gamins : ces derniers s’ennuient un peu. Au Cœur est une création avec des enfants plus qu’un spectacle pour eux. Ils portent sur leurs frêles épaules un monde qui ne sait plus regarder l’autre. Alors c’est c’est nous qu’ils regardent. Il y a comme un parfum d’innocence perdue qui flotte dans l’air. Un musicien, Robin Pharo, accompagne cette cérémonie des adieux. Des voix s’élèvent. Dans ce cadre magnifique qu’est l’église de la Chartreuse elles semblent des voix d’ange. Aux ailes brisées. Thierry Thieû Niang n’est pas seul dans cette aventure : le plasticien Claude Lévêque, l’auteure Linda Lê ou la chanteuse et compositrice Camille l’accompagnent. Chacun a donné une couleur, acidulée ou plus amère, au tout. Et puis il y a ses jeunes pousses dont certaines ont déjà une belle présence. Même dans leur maladresse ils touchent Au Cœur.

Philippe Noisette - Sceneweb - 17 juillet 2016 / Photo Christophe Raynaud de Lage

Voir en ligne : Retrouvez cet article sur le site Sceneweb

Représentations & évènements à venir

8 mars 2024 10 mars 2024 à 19H00

La douleur de Marguerite Duras

Montréal (Québec)

13 mars 2024 14 mars 2024 à 19H30

La douleur de Marguerite Duras

New York

6 avril 2024 à 20h30

Iphigénie

Antibes

11 avril 2024 12 avril 2024

Iphigénie

Cherbourg-en-Cotentin

23 avril 2024 27 avril 2024 à 20H45

Up Close

Bruxelles

25 avril 2024 5 mai 2024

Le jeu des ombres

Paris 10e

25 avril 2024 à 20h30

Iphigénie

Vélizy-Villacoublay