Un amour de Blanche

Un jour, je marchais rue de Belleville avec Thierry Thieû Niang, nous allions chez mon filleul Ariel, nous parlions et des enfants nous ont dépassé. Je les ai vu sans les voir. Je ne sais plus ce que nous nous disions quand Thierry m’a coupé, me montrant les trois gamins devant nous, un petit asiat, un petit rebeu et un petit noir : Regarde, c’est de ça qu’il faudrait parler, de ce qu’ils sont en train d’inventer. Et en effet, la danse était belle entre ces trois-là, ils avaient 9 ou 10 ans, leurs marches, le mouvement de leurs bras et leur voix avaient beau être si différents, leur trio faisait corps et sens et art, on avait là trois petits Titis parisiens. Je les revois encore.

Comme je revois Blanche et la gravité de son amour, les larmes de la Chinoise, les mains de monsieur Tortue, nouées comme des sarments de vigne… Je ne connais pas le monde des établissements gériatriques mais je connais celui des maisons de santé, doux nom très imprécis pour dire clinique psychiatrique. Ce sont des lieux de souffrance et de désolation, évidemment. Mais on ne sait pas quels rêves, quels désirs, quels espoirs et quel humour, quelles petites méchancetés adorables, quelles jalousies et quelles joies demeurent dans chaque corps, chaque tête de « malade ».

Il m’arrive parfois de regretter ces lieux-là, même si je fais tout pour ne pas y retourner. Je regrette la beauté qu’on y trouve comme à l’état brut, je regrette la vérité de ces gens souffrant, je regrette ce goût de la vie intense et essentielle que j’ai parfois du mal à retrouver ici dans le monde des « bien-portants », celui des ambitions et des cynismes de tous degrés, monde des calculs et des solitudes, des indifférences, l’extérieur, la société.

Ne ratez pas ce film de Valéria Bruni-Tedeschi et Yann Coridian, suivez Thierry, Blanche et les autres, tous les autres, la danse et le voyage sont beaux.

Olivier Steiner - Diacritik - 8 juin 2017

Voir en ligne : Retrouvez cet article sur le site Diacritik

Représentations & évènements à venir

13 janvier 2022 30 janvier 2022

Le jeu des ombres

Villeurbanne

25 janvier 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Rouen

26 janvier 2022 5 février 2022

Ils n’avaient pas prévu qu’on allait gagner

Paris 8è

27 janvier 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Genève

29 janvier 2022 à 20h30

Voodoo Cello

Coutances

31 janvier 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Bruxelles

1er février 2022 12 février 2022

L’enfant que j’ai connu

Paris 13è

1er février 2022 2 février 2022 à 20H00

Parloir

Bayonne

5 février 2022 à 16h00

Faire danser les gens

Nanterre

6 février 2022 20 février 2022

Dans la fumée des joints de ma mère

Saint-Denis

10 février 2022 11 février 2022 à 20H00

Le jeu des ombres

Clermont-Ferrand

18 février 2022 19 février 2022 à 20H00

Le jeu des ombres

Aix-en-Provence

8 mars 2022 à 20h30

Parloir

Mont-de-Marsan

9 mars 2022 20 mars 2022

Le jeu des ombres

Sceaux

11 mars 2022 à 21h00

Parloir

Poitiers

15 mars 2022 18 mars 2022 à 20H00

Parloir

Reims

24 mars 2022 26 mars 2022

Le jeu des ombres

Angers

26 mars 2022 27 mars 2022

Inukshuk aux étoiles

Lille

27 mars 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Berlin

28 mars 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Frankfurt

29 mars 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Hamburg

29 mars 2022 à 20h30

Parloir

Pau

31 mars 2022 3 avril 2022

Le jeu des ombres

Marseille

1er avril 2022

Voodoo Cello

Vitré

7 avril 2022 à 19h00

Les sentinelles

Poitiers

8 avril 2022 à 22h00

Voodoo Cello

Le Garric / Albi

9 avril 2022

Voodoo Cello

Limoges

12 avril 2022

Voodoo Cello

Moscou

14 avril 2022

Voodoo Cello

Saint-Petersbourg

20 avril 2022 21 avril 2022 à 20H00

Le jeu des ombres

Massy

23 avril 2022 à 20h30

Voodoo Cello

Sainte-Maxime

25 avril 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Lyon

26 avril 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Metz