Danser le printemps à l’automne

Un documentaire de Philippe Chevallier et Denis Sneguirev

Ils sont vingt-cinq, des femmes en majorité, groupés en rond sur le plateau, comme un corps de ballet ordinaire. Pourtant, ce ne sont pas des danseurs ordinaires, mais des amateurs venus de tous horizons, et fiers de leur âge : entre 60, pour les benjamins, et presque 90 pour la doyenne, ­Maria.

Cette tranche d’âge en pleine expansion - allongement de la durée de vie, vieillissement de la population -, la société l’étiquette d’un mot prosaïque, « senior ». Ici, plutôt des seigneurs, tant il se dégage de noblesse et de grandeur de ces êtres cabossés par les petits bobos et les grandes blessures de l’existence - la maladie, la séparation, le deuil - mais qui continuent le combat - contre le vieillissement, la mise à l’écart de la retraite, le dépérissement affectif. D’où leur participation, filmée par Arte, à un atelier marseillais, en vue d’une chorégraphie du Sacre du printemps, musique d’Igor Stravinsky célébrant par sa sève rythmique le réveil de la nature. Thème et titre ont plu. « Je suis au printemps de mes automnes », savoure Maryse, dont la fraîcheur et l’éclat démentent ses 77 ans. « Les plus fragiles ont des anges gardiens dans le groupe », assure Thierry Thieû Niang. Lui, c’est l’archange gardien, un chorégraphe et metteur en scène qui puise dans sa boîte à outils d’ex-psychomotricien des sésames pour débloquer les ­articulations, déverrouiller les imaginaires. Et réussir à faire courir chacun en rond, à son rythme, pendant une demi-heure. « Tout être est un être dansant » : l’élasticité inépuisable des corps et des sentiments lui donne raison. Présenté au festival d’Avignon en 2011, le spectacle a recueilli tant de succès qu’il a été invité à Paris. Emu par la ferveur de son groupe, Thierry Thieû Niang s’interroge : « Si ce n’est pas de l’art, c’est du moins de la vie. » De l’art à vif.

Gilles Macassar - Télérama - 25 mai 2013


Voir en ligne : Retrouvez cette critique sur Télérama.fr

Représentations & évènements à venir

13 janvier 2022 30 janvier 2022

Le jeu des ombres

Villeurbanne

14 janvier 2022 à 20h30

Voodoo Cello

Enghien-les-Bains

15 janvier 2022 à 21h00

Voodoo Cello

Deauville

18 janvier 2022 à 20h30

Voodoo Cello

Neuilly-sur-Seine

25 janvier 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Rouen

26 janvier 2022 5 février 2022

Ils n’avaient pas prévu qu’on allait gagner

Paris 8è

27 janvier 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Genève

29 janvier 2022 à 20h30

Voodoo Cello

Coutances

31 janvier 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Bruxelles

1er février 2022 12 février 2022

L’enfant que j’ai connu

Paris 13è

1er février 2022 2 février 2022 à 20H00

Parloir

Bayonne

6 février 2022 20 février 2022

Dans la fumée des joints de ma mère

Saint-Denis

10 février 2022 11 février 2022 à 20H00

Le jeu des ombres

Clermont-Ferrand

18 février 2022 19 février 2022 à 20H00

Le jeu des ombres

Aix-en-Provence

8 mars 2022 à 20h30

Parloir

Mont-de-Marsan

9 mars 2022 20 mars 2022

Le jeu des ombres

Sceaux

11 mars 2022 à 21h00

Parloir

Poitiers

15 mars 2022 18 mars 2022 à 20H00

Parloir

Reims

24 mars 2022 26 mars 2022

Le jeu des ombres

Angers

26 mars 2022 27 mars 2022

Inukshuk aux étoiles

Lille

27 mars 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Berlin

28 mars 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Frankfurt

29 mars 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Hamburg

29 mars 2022 à 20h30

Parloir

Pau

31 mars 2022 3 avril 2022

Le jeu des ombres

Marseille

1er avril 2022

Voodoo Cello

Vitré

7 avril 2022 à 19h00

Les sentinelles

Poitiers

8 avril 2022 à 22h00

Voodoo Cello

Le Garric / Albi

9 avril 2022

Voodoo Cello

Limoges

12 avril 2022

Voodoo Cello

Moscou

14 avril 2022

Voodoo Cello

Saint-Petersbourg

20 avril 2022 21 avril 2022 à 20H00

Le jeu des ombres

Massy

23 avril 2022 à 20h30

Voodoo Cello

Sainte-Maxime

25 avril 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Lyon

26 avril 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Metz