Leur émouvante relecture du sacre

Trop d’offres diversifiées en une seule soirée ? Un programme déséquilibré en tout cas que cette ouverture 17 proposée dans le grand studio du Ballet National de Marseille. Elle s’ouvre par le remarquable aboutissement du travail singulier mené depuis un an par Thierry Thiêu Niang avec des seniors. Ils sont une vingtaine à investir le plateau pour revisiter à leur manière pure et magnétique « le sacre du printemps » ; l’implacable partition de Stravinsky à laquelle d’innombrables créateurs se sont frottés depuis près d’un siècle. "Le(ur) sacre est la parfaite illus-tration que l’amateurisme quand il se donne le temps et rencontre les bons professionnels peut atteindre la quasi perfection. Ces quelques hommes et ces femmes, corps frêles ou dos voûtés, assurance d’un jaugeur ou petits pas d’une mamie usée par la vie, incarnent avec une profonde humanité et une présence troublante cette danse de mort, ce rite jusqu’au boutiste que Thierry Thieû Niang aidé par Jean Pierre Moulères à la dramaturgie - on sent l’influence bien intégrée de Pina Bausch - traite ici dans la pureté de son sens.

Patrick Merle - Décembre 2010

Représentations & évènements à venir

6 décembre 2019 22 décembre 2019

Architecture

Paris

3 mars 2020 à 20h30

Voici mon cœur. C’est un bon cœur.

Châlons-en-Champagne

12 mars 2020 à 19h00

Voici mon cœur. C’est un bon cœur.

La Roche-sur-Yon