Thierry Thieû Niang Danses d’aujourd’hui

« Sindbad », un voyage imaginaire et bien réel

Vous êtes ici : Accueil > Presse > « Sindbad », un voyage imaginaire et bien réel

Novembre 2010. À la Monnaie naît le « Brussels Requiem » d’Howard Moody. Février 2014. Toujours nourri par cette ville si cosmopolite, le compositeur britannique donne naissance à un deuxième « community opera », inspiré des aventures de Sindbad le marin, dans les contes des « Mille et Une Nuits ».

Sous-titré « Un voyage au pays de la flamme vivante », ce « Sindbad » entraîne des orphelins de guerre à œuvrer, par-delà différences et différends, pour construire la Cité de Paix.


Ce voyage imaginaire - empli d’échos de l’actualité récente - se double d’un trajet bien réel, opéré au fil des mois avec des musiciens et chanteurs professionnels ou en devenir (membres de l’Orchestre symphonique de la Monnaies, solistes, étudiants du Conservatoire…), avec le chœur d’ados la Choraline, avec surtout des élèves de quatre écoles primaires, deux néerlandophones (Ixelles, Ganshoren), deux francophones (Uccle, Bruxelles). Au total, 258 enfants et jeunes, « dont 150 n’avaient jamais chanté », souligne Howard Moody, « très inspiré par ce groupe, microcosme du monde entier sur scène ».

À la mise en scène, un chorégraphe d’une rare sensibilité - dont « Personne(s) », pour le projet-quartier des Tanneurs, avait été nominé aux Prix de la critique.

Thierry Thieû Niang, qui cultive la qualité d’écoute au même rang que la rigueur artistique, a déjà travaillé dans des prisons, des hôpitaux, avec des seniors (l’exceptionnel « …du Printemps » sera à Charleroi le 21 mars). « Sindbad » ne pouvait tomber en de meilleures mains.

Marie Baudet - La Libre Belgique - 14 février 2014


- Voir en ligne : Retrouvez cet article sur le site LaLibre.be

À télécharger

Haut de page


Tout droit réservé Thierry Thieû Niang - 2006 - 2017 |   Flux RSS |  Responsable éditorial : Fabienne Pautonnier |  Réalisé avec SPIP par Indétendance