Trois spectacles immanquables repérés dans le Off du Festival d’Avignon

Ils n’avaient pas prévu qu’on allait gagner

Photo : Théâtre des Halles

Voir la création

Cette année, ce ne sont pas moins de 1 592 spectacles de théâtre, danse, cirque, marionnettes ou humour, qui se jouent dans le Off du Festival d’Avignon, du 5 au 28 juillet 2019. Pour parvenir à s’orienter dans ce raz-de-marée de flyers et d’affiches, conseils et recommandations sont souvent les bienvenus. (...)

Ils n’avaient pas prévu qu’on allait gagner (du 5 au 28 juillet à 11h00 au Théâtre des Halles / relâche les 9, 16 et 23 juillet)

Samedi matin, 11h. Des jeunes délinquants et des éducateurs au bord de l’implosion. On attaque la journée avec une claque en pleine figure. Huit jeunes qui s’ennuient et quatre adultes tout aussi démunis face à la fatalité de leur situation. Vont-ils véritablement gagner ? Rien n’est moins sûr.

L’actrice Christine Citti (Quand j’étais chanteur, Suzanne, Disco) a passé plusieurs mois en immersion dans un foyer d’accueil d’urgence de la Courneuve. De son expérience difficile, elle a couché ses observations sur le papier et nous livre ici un huis clos éprouvant. La comédienne y interprète son propre rôle, celui d’une intervenante extérieure qui tente d’initier de jeunes délinquants au théâtre, sans succès. Elle finira donc par se contenter de les observer à distance et de prendre des notes sur cette triste réalité sociale.

Sur scène, quelques tables, un cube de verre et un canapé où s’affalent à tour de rôle Aïcha, Abdel, Georges, Katia, Kim Son, Nadia, Nikos et Nour, suffisent à symboliser le dénuement et la froideur de ce lieu. Ce décor glacial devient alors le théâtre de confessions sordides (inceste, prostitution, abandon, trafic de drogue) et d’explosions de colère, mises en mouvement par le danseur et chorégraphe Thierry Thieû Niang. À la fin du spectacle, les huit jeunes finissent parqués dans ce cube de verre au centre de la scène, comme des animaux dans leur cage.

Ils n’avaient pas prévu qu’on allait gagner est un théâtre du réel, très documenté et de fait, très documentaire, qui dénonce le manque de moyen de la protection de l’enfance, entre jeunes vulnérables, éducateurs démunis et méthodes inadaptées. Ici, rien n’est symbolisé ou sous-entendu, tout est dit, tout est cru et donc très efficace.

On saluera, par-dessus tout, la performance des huit jeunes acteurs bouleversants de justesse, certains provenant de l’association « Mille visages » de Houda Benyamina, la réalisatrice de Divines, et qui portent cette très belle pièce avec beaucoup de talent. (...)

Manon Marcillat - Konbini - 16 juillet 2019

Voir en ligne : Retrouvez cet article sur le site Konbini

Représentations & évènements à venir

8 novembre 2022 à 20h30

Iphigénie

Martigues

8 novembre 2022 9 novembre 2022 à 20H30

La douleur de Marguerite Duras

Théâtre d’Avranches

9 novembre 2022

Les Amandiers

10 novembre 2022 à 13h00

À portée de mains...

Campus de de Villetaneuse

10 novembre 2022 à 20h30

La douleur de Marguerite Duras

Suresnes

16 novembre 2022

La douleur de Marguerite Duras

Monaco

16 novembre 2022 à 20h00

La douleur de Marguerite Duras

Monaco

17 novembre 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Genève

19 novembre 2022

À portée de mains...

Bobigny

20 novembre 2022 à 17h00

La douleur de Marguerite Duras

Vannes

22 novembre 2022 23 novembre 2022 à 20H00

Iphigénie

Anglet

23 novembre 2022 11 décembre 2022

La douleur de Marguerite Duras

Paris 9e

28 novembre 2022 à 19h00

Voodoo Cello

Tallinn - Estonie

30 novembre 2022

Voodoo Cello

Riga - Estonie

1er décembre 2022 2 décembre 2022

Iphigénie

Brive

2 décembre 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Vilnius - Lituanie

3 décembre 2022 à 19h00

Voodoo Cello

Palanga - Lituanie

9 décembre 2022 à 20h30

Voodoo Cello

Annecy

10 décembre 2022 à 20h00

Voodoo Cello

Chambéry

13 décembre 2022 18 décembre 2022

La douleur de Marguerite Duras

Marseille